top of page

Blog-Post

 
  • Urs

Nos chèvres – les premiers pas

Le 25 mai 2023, près de Ribérac, nous avons récupéré quatre chèvres des Pyrénées avec notre remorque à chevaux. Trois jeunes boucs (âgés de 2,5 mois) et une chèvre de 5 ans, qui était destinée à montrer aux jeunes ce qui est mangeable et ce qui ne l'est pas.





Nous avons installé un petit abri sous l'auvent devant l'étable près du hangar, car nous voulions dès le début habituer les chèvres à passer la nuit dans un abri fermé. Ceci notamment dans l'optique de quelques loups qui ont visité notre région. Avant de passer la nuit dans l'abri, les chèvres reçoivent un peu de graines d'un moulin bio (qu'elles adorent), puis nous fermons l'abri jusqu'au matin, au lever du jour. Cela a rapidement si bien fonctionné qu'elles vont elles-mêmes le soir dans l'abri paillé et l'utilisent également pendant la journée pour se protéger des intempéries.




Le nouvel environnement était tout de même très suspect pour les petites chèvres, mais quelques feuilles fraîchement coupées et, plus tard, la prairie abondante d'herbes et de fleurs ont réussi à les convaincre d'explorer les lieux et, surtout, de manger. A ce moment-là, les chèvres étaient toutes très timides et on ne pouvait pas les toucher. Pour nous, l'objectif premier était de passer suffisamment de temps avec les chèvres pour qu'elles nous fassent confiance et se laissent soigner.




Winnie (en haut) et Ari (en bas) sont des jumeaux.

Winnie est amical, pacifique, intelligent et curieux. Il aime jouer, mais évite plutôt les vrais combats.

Ari est courageux et intrépide, tout en étant pacifique. Il se débrouille bien tout seul et va souvent de l'avant lorsque cela est encore un peu suspect pour les autres. Il ne déclenche pas de combats, mais ne dit pas non lorsqu'on le harcèle.




Eli (prononcé en anglais)

Eli était certainement plus âgé d'environ un mois que les jumeaux, et donc toujours un peu plus grand. Malgré cela, il s'est toujours allié aux plus forts - d'abord avec Lucy, puis avec Michka. C'est un opportuniste. Il cherche de temps en temps à se chamailler avec ses collègues, mais il est facile à soigner et correct envers nous.





Lucy

Lucy est une chèvre pyrénéenne de 5 ans qui n'a pas atteint sa taille normale et qui ne peut pas donner naissance à des petits à cause d'un accident. Chez nous, elle devait montrer aux jeunes boucs ce qu'ils pouvaient manger et ce qu'ils ne pouvaient pas manger.

Elle est extrêmement curieuse et très vive.












Pour qu'elles puissent exercer un peu la stabilité de leurs pieds en jouant, nous avons construit des plates-formes pour les chèvres avec des planches comme rampes. Nous avons construit l'une d'entre elles de manière à ce que les jeunes chèvres puissent se glisser en dessous, mais pas la vieille. Cela s'explique par le fait que la vieille chèvre s'en prenait parfois aux jeunes avec ses cornes.




Au bout de deux semaines, nous avons dû séparer la vieille chèvre des petits, car la vieille chèvre attaquait les petits de manière répétée, au point de les blesser. La vieille chèvre est restée dans l'étable et dans la prairie près du hangar pendant environ 4 semaines, nous avons déplacé les petits avec l'abri juste à côté de notre longère, où nous avons d'abord clôturé un petit bois.




Au cours des semaines suivantes, les jeunes boucs et la chèvre gardée seule sont devenus de plus en plus confiants. Je tiens à préciser ici que la garde de chèvres seules n'est jamais une solution viable, mais nous avons d'abord dû chercher une solution pour la chèvre qui, pour couronner le tout, était infestée de poux (probablement déjà au moment où nous l'avons récupérée). Avec les soins contre les poux et l'alimentation régulière, soir et matin, avec une poignée de granulés, la chèvre est devenue vraiment accessible, au point qu'elle a même joué avec nous.




En juillet, nous avons pu confier Lucy à un autre troupeau de chèvres. Nous avons acheté en même temps un quatrième bouc de ce troupeau. Il s'appelle Michka et a environ deux mois de plus qu'Eli et trois mois de plus que les jumelles. Michka a été élevé au biberon et a donc été très proche de l'homme dès le début. Nos trois boucs ont bien sûr commencé par se battre contre l'étranger, mais ils ont bien accepté le nouveau "chef" au bout de deux jours en raison de la différence de taille.




Les jeunes chèvres étaient "dans le trèfle" ou plutôt "dans la broussaille" à leur nouvel endroit. Elles se sont bien remises de les attaques et ont dévoré en quelques jours la végétation des jeunes arbres sur le chemin de notre longère jusqu'à la hauteur qui leur était accessible. Ils étaient visiblement satisfaits et ont commencé à devenir plus confiants avec Winnie.

Bientôt, nous avons fait un premier essai de promenade (sans laisse ni collier !). Cela a étonnamment bien fonctionné avec un peu de nourriture pour les attirer. Aujourd'hui, ça va sans nourriture. Si nous les appelons, elles viennent immédiatement (mieux que les chiens !) Nous pouvons ainsi faire de longues promenades et les chèvres mangent les buissons, les arbres et les ronces le long du chemin.



Ils n'ont finalement pas eu besoin des instructions d'une chèvre plus âgée sur ce qu'ils pouvaient ou ne pouvaient pas manger. Dès le début, ils ont ignoré les plantes hautement toxiques comme la digitale. Nous avons été surpris qu'elles mangent le houx, qui pousse partout à l'état sauvage ici et qui est assez toxique ! Une autre éleveuse de chèvres de la région nous a ensuite expliqué que c'était tout à fait normal. Les chèvres mangent aussi du genêt, qui est aussi légèrement toxique. En plus des substances actives curatives, les plantes toxiques peuvent aussi, si elles sont bien dosées, servir à vermifuger les chèvres et donc à les maintenir en bonne santé. Ils semblent bien maîtriser le dosage.




Si l'on prend le temps de bien accompagner les chèvres au cours de leurs premiers mois et que l'on dispose d'un terrain adapté aux chèvres, la garde de chèvres n'est plus un cauchemar. Il faut toutefois préciser que les chèvres ne sont pas des tondeuses à gazon ! Si on les garde dans des prairies ordinaires, cela peut devenir un

cauchemar !


Comments


bottom of page