top of page

Blog-Post

 
  • Urs

Isoler les combles - mais comment ?

Nous avons décidé de ne pas habiter dans la maison familiale, où vivaient également les anciens propriétaires, mais dans l'ancienne ferme en pierre, qui avait été aménagée en gîte de groupes d'été.

Nous avons découvert que l'isolation et l'étanchéité au vent avaient été ignorées lors de la rénovation.

Nous ne l'avons remarqué que lorsque nous avons vu la consommation de gaz de l'hiver dernier - elle était tout simplement ruineuse ! Malgré des coûts élevés, nous n'avons pas atteint plus de 17 degrés à l'étage avec des températures extérieures négatives !

De toute façon, nous avions déjà pris la décision d'opter pour un chauffage au bois, car le gaz est une énergie non renouvelable et, de surcroît, l'une des plus chères. Mais à quoi bon une énergie de chauffage bon marché si l'on chauffe quasiment à l'air libre ?

Nous avons décidé de bien isoler les 140m2 de combles mal construits (environ 26cm) et de transformer le toit en toiture froide. Pour ce faire, nous avons démoli les parois coudées en plaques de plâtre afin que l'air puisse circuler de/vers l'extérieur tout autour. Nous avons laissé le lambris sur les chevrons avec environ 8 cm de laine de verre. Ils ne gênent pas et empêchent que chaque goutte d'eau qui s'écoule à travers le toit, en partie fuyant, atterrisse immédiatement sur le sol - mais le toit est un autre sujet !

En outre, le mur de l'appartement donnant sur l'atelier (environ 30 m2), qui n'était également isolé que par environ 6 cm de laine de verre, devait également être équipé d'une isolation d'environ 26 cm.

La grande question était de savoir avec quel matériau et quelle technique nous allions isoler ?

Pour nous, il était clair que nous voulions un matériau d'isolation naturel. La cellulose, le chanvre et les fibres de bois étaient des candidats possibles.

La deuxième question était de savoir s'il fallait un pare-vapeur ou au moins un frein vapeur ?

Pare-vapeur oui ou non ?

Après de nombreux jours de recherche sur Internet (forums pertinents sur le thème de l'isolation des bâtiments anciens, comme par exemple www.fachwerk.de ou calcul des valeurs d'isolation sur u-wert.net), nous connaissions toutes les possibilités. Mais comme c'est le cas sur Internet, nous ne savions toujours pas quelle solution était la meilleure pour nous.

Il était clair que nous devions associer étroitement le thème du pare-vapeur à celui de l'isolant. D'autant plus que tous les matériaux d'isolation n'ont pas les mêmes qualités en matière de diffusion de la vapeur.

Le fait qu'il soit impossible d'installer un pare-vapeur étanche dans un bâtiment ancien comme notre ferme en pierre a facilité la décision. Le sol est inégal, les poutres qui le traversent sont pleines de fissures. Et mieux vaut laisser tomber un pare-vapeur mal installé !

Nous avons donc décidé de ne pas installer de pare-vapeur (même contre l'avis de la plupart des spécialistes).

Nous pensons simplement qu'une construction entièrement ouverte à la diffusion de vapeur et bien ventilée peut gérer l'humidité produite. Les faits seront connus dans un ou deux ans :-)

Les exigences en matière de structure d'isolation étaient donc les suivantes :

  • faible résistance à la diffusion de la vapeur d'eau (<5)

  • faible conductivité thermique (<= 0.038)

  • densité brute la plus élevée possible (aide à retenir la chaleur extérieure en été)

  • facile à travailler (peu de poussière, découpe précise possible)

  • surface praticable dans les combles


Nous avons trouvé une très bonne solution avec les produits en fibres de bois Steico/Isonat.

Nous avons opté pour la construction suivante en nous basant sur le plancher en bois de 3 cm (directement en dessous les chambres, sans construction de plafond supplémentaire !) :

Structure de l'ossature:

Planches Douglas 45x220mm vissées verticalement en bandes fermées de 59-59,5cm de large

Structure isolation:

Panneau de laine isolante semi-rigide en fibres de bois SteicoFlex 036 en différentes épaisseurs (80mm, 100mm, 120mm, 140mm).

Pose dans les bandes de planches, avec une coupe décalée. Comme les panneaux sont plus étroits de 0,5 à 1 cm que la largeur des matelas, ces derniers peuvent être bien serrés.

La hauteur cible de l'isolation avec SteicoFlex était de 22 cm (normalement 100+120). Les grandes irrégularités du sol ont été compensées par des tapis de 100+140 (=240mm).

Pour le mur, il y avait un lattage existant de 80 mm, qui a été doublé avec des planches de 45x140 mm. Ici, nous avons travaillé avec des panneaux de 80+140.


Nous avons ensuite vissé sur la structure en bois des panneaux isolants SteicoBase rigide (40 mm) sans joints. Nous avons veillé à ce que les panneaux reposent si possible avec une légère pression sur les tapis SteicoFlex, afin que l'humidité soit bien transportée par capillarité.

Les dalles SteicoBase (40mm) permettent de marcher prudemment avec des chaussures souples. Nous veillons à marcher sur les visses, qui se trouvent dans l'ossature bois, ce n'est alors pas du tout un problème.

Il existe aussi un produit spécial de Steico pour les combles accessibles (SteicoTop), mais il était trop cher pour nous.

La découpe des panneaux SteicoFlex a été effectuée à l'aide d'une scie égoïne électrique Bosch Professional GFZ 16-35 avec lame ondulée. Nous avons découpé avec l'aspiration, mais cela fonctionne aussi très bien sans.

Les panneaux SteicoBase peuvent être découpés à la scie circulaire ou à la scie plongeante, mais il est recommandé d'utiliser une aspiration.

Nous avons travaillé tout le matériau sans protection respiratoire, le dégagement de poussière dans l'air est marginal.

Au total, nous avons utilisé pour ce projet environ 44 m3 de matériaux d'isolation et de bois et vissé quelques centaines de vis.

Conclusion après 2 mois en période de chauffage:

Presque incroyable ! Le climat à l'étage a complètement changé et n'est pas moite et plein de courants d'air, mais très agréable. Les radiateurs (équipés de thermostats) ne fonctionnent plus 24 heures sur 24, mais s'arrêtent parfois pendant des heures.

En ce qui concerne la consommation d'énergie, il semble que nous ayons économisé environ 30% ! Cela dépasserait toutes nos attentes.

Reste à voir si l'omission du pare-vapeur ne se retournera pas contre nous ! Au début de l'été, nous ouvrirons l'isolation à l'un ou l'autre endroit pour vérifier l'absence d'humidité stagnante. Nous publierons le résultat ici.

Voici encore quelques photos du projet:

Commentaires


bottom of page