top of page

Blog-Post

 

Les landes sèches méritent-elles d'être protégées ?

Les landes sont naturelles, mais c'est en grande partie l'homme qui a "forcé" la nature à former les landes. Sont-ils quand même à protéger ?

La formation des paysages de landes sèches et de bruyère remonte au néolithique (11500 - 3300 av. J.-C.), lorsque les hommes sont devenus sédentaires et ont commencé à cultiver les champs et à faire paître les animaux. Le défrichement et le pâturage ont créé des espaces ouverts, mais ceux-ci ont souvent été recolonisés par des chênes et des hêtres vigoureux.

Ce n'est qu'avec l'exploitation plus intensive des peuplements forestiers après le Xe siècle de notre ère que le pouvoir de régénération des peuplements s'est épuisé.

L' agriculture des landes sèches

Pour que les céréales puissent être cultivées sur des sols majoritairement pauvres en nutriments, les quelques nutriments disponibles sur une grande surface ont dû être utilisés dans de petits champs pour que les céréales puissent pousser. Depuis le début du Moyen Âge et jusqu'au XIXe siècle, une certaine methode de labour est utilisé à cette fin.

Sur de grandes surfaces, la terre végétale, y compris la végétation et la zone des racines, a été enlevée (plaggen). Ces plaggen étaient séchés et utilisés comme combustible et comme litière pour les écuries. La litière, mélangée aux excréments des animaux, était répandue sur les champs comme engrais.

Le pâturage supplémentaire des terres a retiré davantage de nutriments du sol et empêché les arbres de pousser. Les sols, progressivement dégradés par la surexploitation, ne faisaient vivre que les spécialistes des plantes comme la bruyère ou le genévrier de bruyère. Ceux-ci ont la capacité d'extraire les derniers nutriments du sol appauvri grâce à des acides organiques puissants.

Cela a conduit à l'acidification du sol, dans lequel de moins en moins de bactéries peuvent survivre en tant que décomposeurs.

Les landes et bruyères aujourd'hui

Depuis le 20e siècle, l'homme ne voit plus de bénéfice dans les landes sèches. Trop d'efforts, trop peu de profits. Ainsi, aujourd'hui, des centaines de km2 de landes ont été et sont convertis en terres agricoles, ce qui permet d'utiliser les engrais artificiels d'aujourd'hui et le lisier superflu de l'élevage intensif.

Et tous les animaux et les plantes qui se sont adaptés aux paysages de landes sèches au cours des siècles... ?

En fait, un paysage de landes sèches possède une biodiversité très dédiée. Les insectes, les oiseaux, les rongeurs, les reptiles et les plantes se sont spécialisés dans ce paysage aride et perdent rapidement leurs habitats à mesure que les landes diminuent. Beaucoup trop rapidement pour s'adapter à de nouveaux habitats par l'évolution. Ils disparaissent complètement de la région ou du pays.

C'est pourquoi il est logique pour nous de protéger ce type de paysage. Il s'agit de la préservation d'un état du paysage et donc de la préservation de la biodiversité existante.

En fin de compte, il s'agit d'un ralentissement artificiel du changement qui est accéléré par l'homme.

Heureusement, il existe des organisations comme Natura 2000, qui travaillent dans plusieurs pays pour préserver ces habitats importants.

Comentários


bottom of page