top of page

Blog-Post

 
  • Urs

Lutte contre la fougère aigle




Introduction

Environ 40 % de notre terrain est envahi par les fougères aigle. La fougère, qui existe depuis des millions d'années, est très adaptable et se propage dans les prairies, les zones humides et les forêts clairsemées par le biais de rhizomes et de spores. Il se propage principalement sur les sols légèrement à fortement acides. À partir de la mi-avril, la fougère atteint parfois une hauteur de plus de 2 mètres. Une forêt dense de frondes de fougères se développe, ce qui laisse passer peu de lumière pour les autres plantes. En automne, avec les premières gelées, la partie aérienne de la plante meurt et devient brune. Chaque année, avec la neige, les plantes sont comprimées dans une couche dense de matière organique, qui ne permet pas à la lumière d'atteindre le sol et empêche ainsi une végétation précoce avec des herbes au printemps. La plante entière est toxique.





Lutter contre la fougère où pas?

La fougère aigle fait également partie de la nature et a son côté beau d'un point de vue esthétique, comme toutes les fougères. Cependant, on observe peu d'insectes se posant sur la fougère - la majorité probablement parce que c'est une plante plus haute et non pour des raisons d'alimentation ou de reproduction.


Au moins pour nous, des avantages visibles pour la nature, la fougère en a peu. En revanche, il y a des inconvénients. D'une part, il empêche les herbes ou les fleurs de pousser dessus, ce qui serait important pour les insectes. De plus, les fougères sont souvent si denses que les rapaces s'en éloignent car ils ne peuvent pas bien voir leurs proies et sont gênés par les hautes frondes. D'autres (par exemple les espèces d'oiseaux nichant au sol) ont également tendance à éviter les fougères hautes.

En outre, le pâturage des zones n'a de sens que si au moins un brin d'herbe peut se développer entre les fougères. Ainsi, un pâturage précoce en mai/juin avec des animaux expérimentés qui connaissent la toxicité des fougères est tout à fait possible.


En fin de compte, chacun doit décider lui-même s'il veut intervenir dans le cours de la nature au profit d'une ou plusieurs espèces ou même de lui-même (pâturage intensif).

Nous avons décidé pour nous-mêmes d'essayer de limiter les fougères sur les zones ouvertes restaurées avec de la bruyère. En faveur d'une végétation variée avec des graminées, des couvre-sols et des fleurs, qui attirent à leur tour les insectes et donc les oiseaux. Grâce à cette mesure, les rapaces devraient à nouveau être observés davantage sur Combe Prunde.

Le pâturage n'est pas une priorité pour nous, il s'agit plutôt d'un moyen d'empêcher la reprise d'un boisement.



Méthodes naturelles pour lutter contre la fougère

Là où les fougères poussent, elles ne peuvent être éliminées que si la couche supérieure du sol (30-40 cm) sera complètement enlevée - c'est un fait. Les réseaux de rhizomes denses, de l'épaisseur d'un doigt, sont extrêmement efficaces et amènent inlassablement une nouvelle fronde à la surface pour chaque fronde coupée - tout les deux où trois jours si c'est nécessaire.


Les méthodes naturelles sont essentiellement :


Faucher Pour nous, cela s'appelle le broyage par le gyrobroyeur. Les frondes sont coupées et broyées.

Avantage : la fougère a disparu et la végétation restante a le champ libre pour se développer (pendant quelques semaines). La hauteur de coupe peut être réglée. Par exemple, dans les zones de bruyère, seuls les sommets de la bruyère peuvent être coupés. Cela rajeunit également la santé de la bruyère.

Inconvénient : compactage du sol, consommation de carburant.


La zone marron est fraîchement fauchée. Le matériau est paillé, mais il y a une épaisse couche de restes de fougères aigles, qui ne disparaîtront complètement qu'après 2 ou 3 ans. Pas de pelouse, seulement de la mousse.



Rouler (Rouleau brise fougère) Avec un rouleau de 1,6 m de large muni de lames d'acier horizontales à arêtes vives qui poussent les tiges des fougères vers le sol et les plient plusieurs fois.

Avantage : la plante pliée continue à être alimentée en énergie et affaiblit ainsi le rhizome. Moins de consommation de carburant

Inconvénient : les fougères couchées sur le sol recouvrent le sol et empêchent la croissance du reste de la végétation. Ne fonctionne que peu après le stade de 4 feuilles et uniquement avec des fougères d'au moins 80-100 cm de haut. Si la fougère est plus petite, un pourcentage élevé reste non perturbé.


Après avoir roulé, bien sûr, la fougère est pliée plusieurs fois sur le sol. À la fin de l'année, les restes sont broyés.


Casser ou arracher à la main Avantage : ne cause pratiquement aucun dommage au sol et à la végétation.

Inconvénient : non applicable pour les grandes surfaces. En arrachant il en résulte d'énormes quantités de matériaux verts (toxiques !).



Autour des ruches, nous battons les fougères à la main avec un bâton tous les 2 ou 3 jours. Vous pouvez bien voir sur la photo les tiges qui restent debout. C'est un travail de Sisyphe !

Nous arrachons également les fougères à la main dans les bruyères jeune et saine sur de plus petites surfaces.




La méthode utilisée dépend des facteurs suivants :

  • Hauteur de croissance de la fougère

  • Densité de la fougère

  • Stade de la fougère (stade 2, 4, 6 feuilles)

  • Croissance de l'herbe et surtout des fleurs dans la zone de fougères.

  • Temps de reproduction des habitants animaux (lézards, serpents, oiseaux, insectes)

  • Conditions météorologiques

Les points suivants doivent également être pris en compte lors du choix d'une méthode :

  • Contamination du sol par des machines lourdes (tracteur)

  • Les insectes et les reptiles meurent à cause des broyeurs.

  • Profondeur de la fauche

  • Consommation de carburant

Les trois premières années, nous avons surtout fauché, mais maintenant nous avons acquis un rouleau brise fougère. Cette méthode est très efficace sur les zones fraîchement traitées.




Le succès jusqu'à présent

Les trois premières années, nous avons fauché une surface d'environ 2 ha trois fois par an (fin juin, fin juillet, mi-septembre). Sur cette zone, les fougères n'ont atteint qu'environ 60-80 cm au lieu de 1,80 m la quatrième année. Sous les fougères, une solide couche d'herbe rugueuse s'est formée avec quelques plantes vivaces de couverture.


Traités à gauche, non traités à droite. Vous pouvez voir que la fougère s'ouvre beaucoup plus tôt après des coupes répétées et atteint ainsi un stade précoce où le rhizome peut puiser de l'énergie. Cependant, les feuilles restent plus petites et prennent moins de lumière du sol.




Juin 2019, peu avant le pâturage. Une pelouse assez compacte s'est formée, en partie même avec les premières fleurs. La fougère ouvre ses feuilles tôt et reste relativement basse. C'est la condition souhaitée. Comme je l'ai dit, éliminer la fougère est impossible à mon avis !



En 2020, la surface à traiter est passée à environ 8 ha en raison des nouvelles zones restaurées. En raison du pâturage précoce en mai/juin, le traitement a été légèrement retardé. Une partie a été traitée avec le Rouleau (2ha), une autre partie n'a pas eu besoin d'être traitée car la fougère n'avait qu'une hauteur de 40-60cm et n'était pas très dense.

Toutes les années, l'ensemble de la zone a été broyée à la mi-septembre. Cela garantit que les plantes qui ne sont pas pâturées sont également coupées et ne deviennent pas incontrôlables. En outre, les restes de fougères provenant du roulage sont ainsi également broyés et l'herbe peut pousser sans obstruction l'année suivante.

Comments


bottom of page